S’orienter par le Sens : solution oubliée contre le chômage

S’orienter par le Sens au travail, pour lutter contre le chômage

S'orienter par le sensD’un côté, on parle d’épanouissement au travail ; de l’autre, on affiche les chiffres du chômage toujours alarmants. Et si la solution était de s’orienter par le Sens ?

On fonde souvent les analyses économiques sur le postulat que le chômage découle du manque d’emplois. Or, il se trouve que de nombreux demandeurs d’emploi ne savent tout simplement pas quoi faire comme métier, ni quoi faire de leur vie ! Que ce soit par désintérêt, démotivation ou du fait de la conjoncture, il est temps pour eux de faire autre chose… Mais quoi ? Quel métier exercer ou pour quel poste candidater ?

Des accompagnements à l’orientation professionnelle trop souvent inefficaces

Pôle Emploi propose des dispositifs d’accompagnement censés permettre aux demandeurs d’emploi d’écrire leur projet professionnel. Malheureusement, si les intentions sont bonnes, les résultats trop souvent ne sont pas à la hauteur des attentes. Le but étant de faire baisser le chômage, on recense les compétences du candidat en regard des emplois disponibles pour une solution à court terme. Mais faute d’avoir vraiment trouvé leur voie, les personnes concernées risquent de se retrouver rapidement de nouveau au chômage

J’ai ainsi entendu en coaching de nombreux témoignages de personnes déçues et… perdues. Elles déplorent un manque de prise en compte de leur unicité et de leur quête de sens : le sens de leur travail, à quoi elles souhaitent contribuer dans la société… De plus en plus de personnes souhaitent mettre leur énergie et leur intelligence au service de l’évolution du monde. Or, la difficulté vient du fait que les accompagnants calquent la plupart du temps des schémas pré-établis et basés sur le passé. Tout cela n’aide en rien à lutter contre le chômage.

Une nouvelle approche : mettre le Sens au cœur de l’orientation professionnelle

Cela pourrait être évité ou rattrapé, à condition de bien accompagner pour permettre à chacun de répondre aux questions fondamentales, comme :

  • Qu’est-ce qui fait sens pour moi ?
  • Qu’est-ce qui me donne envie d’apprendre ?
  • Pour quoi ai-je vraiment envie de mettre de l’énergie ?

Autrement dit : mettre le Sens au cœur de l’orientation professionnelle. Quelque soit le parcours, il n’est jamais trop tard.

Partir de ces éléments permet de formuler avec justesse et précision l’implication et la détermination qui s’en dégagent : c’est la pérennité du projet professionnel qui en découle. Quand la contribution au monde est présente, que le projet fait sens, alors l’engagement professionnel, fondé sur des bases solides, est authentique et durable. Par exemple les personnes qui ont expérimenté le Bilan de Sens© ont abouti à des projets épanouissants – leur permettant d’exprimer pleinement leur potentiel – mais constatent également une performance et une productivité accrues.

Pour une croissance… pleine de sens!

Le système doit muter. Cessons d’utiliser des solutions anciennes inadaptées et créons le modèle de demain. Les nouvelles générations sont pleines de créativité, d’audace, de bon sens et de bonne volonté, mais elles dérangent car on ne sait pas dans quelle case les mettre en termes de métier ? Qu’à cela ne tienne ! C’est en effet une aberration de raisonner ainsi quand on entend des experts prédire qu’au moins 50% des métiers en 2030 n’existent pas encore.. Donc tout est à proposer, à inventer.

Nous resterons impuissants pour réduire considérablement le chômage tant que la question de la vocation et du sens ne sera pas au cœur des décisions. Dans sa vraie vocation professionnelle, l’être humain se sent utile et c’est ça qui donne du sens au fait de se lever le matin, de se dépasser ; il est plus efficace et en plus, il est heureux !

Shawn Anchor, auteur de The Happiness Advantage, a quantifié les bénéfices d’une entreprise où les salariés sont heureux. Résultats ? + 37 % pour les ventes, + 31 % pour la productivité et + 19 % pour l’efficacité, sans compter les retombées sur la santé et la qualité de vie des employés. Pourtant, selon le cabinet Gallup, le niveau d’engagement au travail prévaut sur toutes les autres mesures de bien-être. Être engagé, impliqué, motivé, c’est savoir ce que l’on doit faire et pourquoi, se sentir relié aux autres par le biais de cette mission et avoir le fort sentiment de contribuer pleinement. Le Sens donne de l’importance à la tâche, partie utile d’un tout plus vaste. Ainsi, l’étude de Gallup montre que des employés engagés éprouvent un degré de bien-être supérieur de 25% avec une seule semaine de congés par an, par rapport à des collaborateurs non engagés, qui prendraient jusqu’à six semaines de congés.

En conclusion, s’orienter par le Sens st non seulement une des solutions incontournables contre le chômage mais aussi un vecteur de croissance… de bon sens !

Trouver son orientation professionnelle grâce au sens : découvrez le Bilan de Sens©